Menu

PATRIMOINE




EGLISE SAINT SEURIN DE GALGON

C'est une Église romane de style angoumoisin.

Au XIIe siècle, le Poitou, la Saintonge et l’Angoumois développent des interprétations propres de l’art roman qui se sont souvent propagées jusqu’aux églises d’Aquitaine.Au XIIe siècle, le Poitou, la Saintonge et l’Angoumois développent des interprétations propres de l’art roman qui se sont souvent propagées jusqu’aux églises d’Aquitaine.Cette influence est particulièrement manifeste sur la façade de l’église Saint-Seurin.

En effet, le portail est dépourvu de tympan, mais est flanqué de deux baies cintrées aveugles. Elle est ornée de trois arcades en plein cintre dans sa partie inférieure, d'une série de cinq petites arcades dans sa partie centrale et d'une partie plane ornée d'une corniche soutenue par des modillons, le tout surmonté de trois baies abritant les cloches et d'une croix de pierre.

À l’autre extrémité de l’édifice, l'abside polygonale de l'édifice à neuf pans est renforcée par dix colonnes contreforts qui soutiennent une corniche à modillons sculptés de masques, de damiers et de têtes d’animaux. L'abside polygonale de l'édifice, fortifiée, est voûtée en cul-de-four. Surhaussée, l'abside présente une construction composée de moellons irréguliers. Le mur, percé de créneaux, de meurtrières et de mâchicoulis, a une fonction défensive au XIIe siècle.

L’église Saint-Seurin de Galgon est inscrite à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1925.

 

VIERGE A L'ENFANT

L’église Saint-Seurin de Galgon abrite une statue d’une Vierge à l’Enfant, qui serait issue de l’autre église de la commune.

La légende a surnommé la statue de la Vierge de Saint-Seurin, Notre-Dame de Queynac. En effet, elle proviendrait de l’église de Queynac, fermée au moment de la Révolution. Afin d’éviter des dégradations de la statue, un habitant de Queynac l’aurait alors cachée. Elle est retrouvée, au début du XIXe siècle, dans un four à pain.

Il s’agit d’une Vierge à l’Enfant, probablement de facture locale, réalisée en bois polychrome et doré. Les deux personnages portent une couronne d’orfèvrerie.

EGLISE DE QUEYNAC

PATRIMOINE
Les ruines de l'église de Queynac sont les seuls restes d'une commanderie créée au début du XIII°siècle par les Templiers. Après la condamnation de l'Ordre du Temple, au début du XIV°siècle, elle passe aux mains des Hospitaliers jusqu'à la Révolution où elle est vendue comme bien national. En 1843, elle est partiellement détruite, ses pierres servant à la construction de nouvelles habitations. Les ossements du cimetière sont placés dans un ossuaire, route de Vérac, et la statue de la Vierge, qui daterait du XII°siècle, est désormais dans l'église de Galgon.